Parcoursup – Questions & Réponses

Vous trouverez sur cette page des éléments d’information sur Parcoursup et son contenu, notre communiqué sur le sujet et les liens vers différentes ressources pour s’informer, mais aussi en cas de difficultés d’inscription.
N’hésitez pas à nous contacter si vous avez besoin d’aide ou d’explications !

Questions réponses autour des nouveautés de Parcoursup

Un attendu, c’est quoi ?

Un attendu donne des indications sur ce q ui est attendu d’un étudiant dans une filière donnée, à l’échelle nationale ou à l’échelle locale. C’est intéressant, car ça peut aider à construire son parcours. Mais c’est aussi un outil de sélection, dont les critères ne sont pas nécessairement égalitaires.

Et une filière en tension ?

La notion est mal cadrée, et les filières seront dites « en tension » en fonction du nombre de demandes / nombre de place après la fin de la phase de vœux… Mais les débouchés professionnels pourronnt aussi être pris en compte. Une fois une filière dite « en tension », la fac peut sélectionner les étudiants.

Oui, Oui, si, En attente : la fac ne dit jamais clairement non !

Et pourtant, « en attente », ça voudra souvent dire non. Les lycéens peuvent
rester « en attente » jusqu’à la fin de la procédure. Il est regrettable de laisser
des jeunes penser qu’une réponse positive pourrait arriver, plutôt que de les
amener à revoir leurs vœux. Le rectorat nous a précisé que les candidats
devraient avoir accès à leur place sur la liste d’attente, nous espérons q ue ça
sera véritablement le cas.

Et si on me répond « Oui, si » ?

En théorie, le « oui si » demande au futur étudiant de suivre une remise à niveau pour accéder au cursus demandé. Dans la réalité, c’est très imprécis : on ne sait pas si cette remise à niveau doit se dérouler au lycée ou à la fac, ni comment pourrait être financée cette mesure, et beaucoup d’universités ont annoncé ne pas mettre en place le « oui si », dont la fac de Nice

Parcoursup, mieux qu’APB ?

Bof… Certes, Parcoursup a mis fin au tirage au sort (qui a concerné finalement
peu d’élèves). Mais ce n’est pas une raison suffisante pour se réjouir ! Car le
problème, c’est surtout qu’il manque des places dans l’enseignement supérieur par rapport au nombre de bacheliers prévus. Et le « moteur » de Parcoursup, c’est à peu près le même que celui d’APB.

La sélection, c’est pour lutter contre l’échec ?

A la rentrée 2018, il y aura 30 000 bacheliers de plus q ue cette année à vouloir intégrer le supérieur, et pas plus de places Aucune augmentation de la capacité d’accueil n’est prévue à Nice, par exemple. D’où la sélection des étudiants par les facs, qui n’a pas grand chose à voir avec la lutte contre l’échec.
Surtout que les facs ne vont avoir ni le temps, ni les personnes nécessaires pour lire les fiches avenir. Du coup, ce seront les élèves avec les meilleures moyennes générales, venant des lycées les plus cotés qui seront choisis.

Beaucoup d’élèves échouent en licence !

C’est difficile de dire q uel est le taux d’échec réel. Parce q ue pour échouer, il faut avoir vraiment essayé. Or un certain nombre d’étudiants changent de filière en cours de route, ou sont inscrits à la fac avec d’autres objectifs que d’avoir une licence : ils préparent un concours, ils sont déjà diplômés d’une autre filière, mais ont besoin de rester étudiants le temps de trouver du travail…

Notre communiqué sur la mise en place de Parcoursup (février 2018)

La FCPE réclame depuis longtemps le droit pour chaque élève à une orientation choisie et active, vers une insertion professionnelle réussie.

La mise en place de Parcoursup constitue une occasion manquée de plus pour garantir ce droit.

Car ce n’est pas la mise en place d’une sélection en remplacement du tirage au sort qui permettra de pallier la pénurie de places dans l’enseignement supérieur.

Les lycées n’auront pas plus les moyens matériels d’accompagner le projet de chaque élève que les universités n’auront le temps et le personnel pour se pencher sur l’adéquation du profil du lycéen aux attendus de la filière ou s’intéresser à leur motivation.
D’autant que les attendus ne sont pas encore connus pour certains cursus.

La réponse donnée pourra être oui, et alors tout va bien. La réponse « oui, si… » est d’autant plus improbable qu’aucun financement n’est prévu pour les dispositifs d’accompagnement, et qu’un certain nombre d’universités ont d’ores et déjà renoncé à le mettre en place. La réponse « non » sera camouflée derrière un « en attente », véritable piège pour un certain nombre de jeunes, qui perdront de précieuses semaines à réaliser que le « oui » ne viendra pas, plutôt que de modifier rapidement leur projet.

Il manque surtout dans Parcoursup la mise en place d’un véritable accompagnement à l’orientation et au choix de filière, qui permettrait d’éviter une inscription par défaut menant à l’échec.

Nous regrettons enfin la précipitation avec laquelle sont prises ces mesures, qui semblent bien plus destinées à permettre aux universités de choisir leurs étudiants en fonction de leurs capacités d’accueil plutôt qu’à permettre aux bacheliers de s’inscrire dans des études supérieures les menant à la réussite.

La FCPE 06 réaffirme son attachement à la gratuité des études universitaires et au fait que le bac demeure le premier grade universitaire, et réclame une adéquation entre le nombre de places disponibles à l’université et le nombre de bacheliers – ce qui ne sera pas le cas à l’université de Nice, puisqu’aucune place supplémentaire ne sera créée à la rentrée 2018, alors qu’il y aura davantage de bacheliers…

En cas de difficultés : SOS INSCRIPTIONS

Comme les années précédentes, le dispositif SOS inscription accompagne les élèves, leurs parents et les étudiants dans leur inscription dans l’enseignement supérieur. Pour cela, trois moyens sont utilisés: informer, notamment sur ce qui n’est pas clairement dit dans les documents officiels, répondre aux questions et accompagner individuellement pour résoudre les problèmes qui pourront se présenter.
L’objectif est de s’assurer qu’aucun jeune ne restera sans affectation à l’issue de la procédure et que chacun pourra être dans une orientation choisie. Cela permettra aussi de récolter les problématiques rencontrées sur le terrain et d’être des lanceurs d’alerte auprès des ministères et de l’opinion publique.
SOS inscription repose sur un partenariat entre la FCPE, l’UNL, l’UNEF et Plus passerelle.

Sites officiels utiles

Un nouvel espace ONISEP : informations sur les filières , MOOC pour connaître formations et compétences, focus filières en tension, etc. www.terminales2017-2018.fr

Conseil renforcé et une assistance en ligne 0 800 400 070 et www.monorientationenligne.fr
Site académique : Rubrique Orientation-Formation – ressources et actions académiques –accessible dans l’onglet s’orienter vers le supérieur
http://www2.ac-nice.fr